Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Derniers sujets
» SHADOWRUN le retour 04/08
Hier à 21:41 par Marc83

» SHADOWRUN le retour 27/07
Hier à 18:40 par armand83

» BATTLESTAR GALACTICA: Cylon War Saison 2 ( 24 juillet)
Mar 25 Juil - 21:04 par LeGrandAncien

» Midnight : La Couronne de l'Ombre
Lun 24 Juil - 10:47 par armand83

» Pathfinder - Table A3M
Lun 24 Juil - 9:19 par Halaster Sombrecape

» SHADOWRUN le retour 23/07
Dim 23 Juil - 19:53 par Marc83

» Yggdrasil (Episode 33) (29 juillet)
Dim 23 Juil - 19:51 par Marc83

» 7th sea S01E08 [reporté]
Ven 21 Juil - 12:00 par Marc83

» Eberron [Groupe 1] - 25/07 [Annulé]
Jeu 20 Juil - 13:28 par stefduu

19/12-Campagne Pathfinder- Table A3M-P2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

19/12-Campagne Pathfinder- Table A3M-P2

Message par FredetAnne le Lun 21 Nov - 11:43

L'aventure continue: Nos intrépides personnages continuent leur lutte contre les sinistres et puissants Gobelins (ben oui au niveau 1 un gobelin ça peut faire peur, surtout qu'on les joueurs ont des dés maudits accros au humble.)


19h chez nous


Anne OK
Martin OK
Anthony OK
Martial OK
Marc OK

avatar
FredetAnne

Messages : 199
Date d'inscription : 27/12/2015
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

Re: 19/12-Campagne Pathfinder- Table A3M-P2

Message par Marc83 le Lun 12 Déc - 19:10

Pour info je ne viendrais qu'à partir de 21h car je bosse jusqu'à 20h. Smile
avatar
Marc83

Messages : 949
Date d'inscription : 01/12/2014
Age : 43
Localisation : Toulon

Revenir en haut Aller en bas

Re: 19/12-Campagne Pathfinder- Table A3M-P2

Message par Marc83 le Mar 13 Déc - 17:46

La cession du 21 est elle maintenue ?
avatar
Marc83

Messages : 949
Date d'inscription : 01/12/2014
Age : 43
Localisation : Toulon

Revenir en haut Aller en bas

Re: 19/12-Campagne Pathfinder- Table A3M-P2

Message par Caerisse le Mar 13 Déc - 18:27

J'espère bien, je veux ma double dose d'écrabouillage de gobelins !!
avatar
Caerisse

Messages : 199
Date d'inscription : 21/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: 19/12-Campagne Pathfinder- Table A3M-P2

Message par FredetAnne le Sam 17 Déc - 17:22

oui les deux parties sont prévues
avatar
FredetAnne

Messages : 199
Date d'inscription : 27/12/2015
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

Re: 19/12-Campagne Pathfinder- Table A3M-P2

Message par LeGrandAncien le Mar 3 Jan - 14:54

Journal d’Adso

28 Rova 4707

Je ne suis revenu que depuis le 21 à Pointe-Sable, mais il me semble que le suffixe « re » est de trop. J’ai basculé dans un autre temps et un autre espace. J’ai lu un jour un manuscrit terrifiant dans la bibliothèque du monastère, intitulé « Le Rôdeur devant le seuil », qui commençait par cette phrase : « Il est vrai que j’ai tiré six carreaux dans le crâne de mon meilleur ami, pourtant, j’espère prouver par le présent récit que je ne suis pas son meurtrier ». Je suis présentement dans la même situation que le narrateur. Ma vie repose sur trois piliers : Ma famille, Frayde et le service de Sarenraë. Le premier est largement fissuré, le second en danger perpétuel (je prie pour qu’elle ne soit en aucun cas mêlé au chaos qui s’installe) et le troisième, plus solide que jamais, voit s’assembler autour de lui des maçons aux lourds marteaux et aux velléités destructrices.

J’espère pourtant qu’en bridant à toute force le caractère de ma sœur et en faisant son malheur (temporairement), en éloignant Frayde de des aspirations légitimes auxquelles elle peut prétendre et, ce faisant, agissant peut-être contradictoirement avec Son Service Sacré, je puisse, comme le Narrateur du Rôdeur, tous les préserver.

J’ai conscience que rien de ce que j’écris n’est vraiment clair, mais si ça n’est pas constructif, cela défoule.

Je pense avoir rencontré Ses Instruments. Il est écrit dans le 11ème rouleau de Dérus, Le Tout Premier Serviteur de notre Déesse que « L'Éternelle ne fait rien sans utiliser, ses serviteurs, ses prophètes et parfois même ses ennemis ».

Raconter la somme des événements qui se sont produits serait fastidieux. Je sais que mon journal, ainsi que celui de mes successeurs, sera conservé dans les archives du Grand Temple de La Lumière pour être étudié, comme je l’ai fait pour ceux de mes illustres prédécesseurs. Lors de mes études, les récits qui m’ont amené le plus se centraient sur les personnes et non sur les faits. Il y a des historiens pour relater la froide description des événements et des historiographes érudits pour faire les recoupements qui s’imposent afin d’en tirer les vérités, toujours subjectives (Sauf la Vérité de Sarenraë, bien sûr) qui fortifieront telle ou telle thèse. En outre, les événements remarquables et signifiants sont de nos jours conservés dans une multiplicité d’archives encloses dans profusion d’endroit forts éloignés des uns des autres, encore qu’une catastrophe les emportant emporterait sans doute l’ensemble de toute vie sur Golarion, rendant par la même superfétatoire leurs relations.

J’ai rencontré à Pointe-Sable le plus hétéroclite groupe de personnes qui soit. Ils ne le savent pas, mais je perçois très distinctement les lignes de leurs destins qui s’entremêlent afin, que de brindilles falotes ballotées dans le vent, elles s’unissent en le glaive de Sa Justice, celui que je brandirai, pour que Sa lumière et Son Feu Purificateur continuent chaque matin d’inonder le monde de clarté et de Joie.

Car les Ténèbres menacent.

Lors de l’inauguration du Nouveau Temple, lors de la Fête du Machaon, les gobelins ont attaqué Pointe Sable. Rien de très nouveau. Ce qui le fut plus, c’est que Ma Déesse choisi pour les repousser, outre Son serviteur, des rebus de leurs races respectives afin de leur offrir une rédemption. Cela ne m’a pas étonné car Elle est miséricordieuse et aime donner aux humbles la possibilité de s’unir afin de devenir des héros, instillant l’espoir en chacun d’entre nous. Et ce fut là le point de départ mon pressentiment qu’il s’agissait de quelque chose nous dépassant, car trouver un tel agrégat d’êtres si dissemblables et si difformes à Pointe Sable au moment précis où la plus grande et la plus coordonnée des attaques de Gobelins s’y produisit depuis trois décennies ne doit, bien entendu, rien au hasard, mais tout au plan génial de Sa Divinité.

En outre, le fait que ces pauvres malheureux soient des déchets de leurs sociétés est particulièrement habile : quel ennemi se méfierait de ce ramassis de folie, d’orgueil et de désespoir à la dérive qu’ils constituent tous les quatre, alors même que sous la croûte peu ragoutante de ces derniers, se cache la brillante armure de la Foi ?

Narek et Ange compose le duo le plus abject que je connaisse, et pourtant, il émane de l’âme et du physique ravagé de ses deux répugnantes personnes une douceur, une fierté et une tendresse qui ne peut-être que l’émanation cachée de Sa Grâce. Narek est un Nain, mais il ignore que je parle couramment le Naugrim et que j’ai quelques connaissances sur ceux de sa race : Les Naugrims qui se vêtissent et se parent comme lui, tout en faisant preuve de profondes tendances suicidaires et en faisant fi de tous les codes sociaux, sont des réprouvés. Il a dû commettre des actes abominables eut égard aux standards Nains et a quitté son Clan ou s’en est retrouvé banni. Ou l’entièreté de son clan a disparu et il n’a pas su le protéger. Ou quelque chose comme cela.

Je perçois sous cette vile et puante créature (le remugle de graisse de porc dont il se sert pour oindre ses cheveux, mêlé aux effluves de bière rance qu’il dégage, est suffocant) quelque chose de grandiose. Ma Déesse l’a mis sur ma route sans doute pour que je l’aide et je m’y emploierai de toute force. Car s’il La sert, même à son corps défendant, il faut bien que la Grâce de Sarenraë lui rende au centuple ce qu’il a fait.

Ange est une créature immonde et déchue, un elfe que nul ne toucherait autrement qu’à coups de bâtons. Son physique ravagé provient d’un ennemi qui lui a causé ses terribles blessures. Jusque-là, rien d’anormal, en revanche, il conserve ses stigmates alors qu’il aurait aisément pu se les faire réparer : les prêtres du Grand Temple de Sarenraë sont capables de ranimer des morts et d’en restaurer l’aspect originel. Pourquoi les conserve-t-il ? Comme un rappel permanent d’une faute commise ? La personne qui lui a infligé (où les circonstances qui conduisirent à ce résultat) est moins importante à mes yeux que le pourquoi elles lui furent infligés. Quel processus y conduisit ? A-t-il une responsabilité dedans ? Y a-t-il une justice ? Est-ce un juste châtiment ? Est-il innocent ? J’ai tout lieu de croire qu’une femme est là-dessous car toute allusion aux choses de la chair le met mal à l’aise… il a bien sur compris qu’avec son physique, sa vie amoureuse était terminée…

Quoiqu’il en soit, il me faut évidemment l’aider et démêler les fils de son passé qui l’on conduit jusque Pointe Sable à la poursuite de sa Némésis, en oubliant pas que la nature pare de couleurs vives ou d’un aspect ignoble les choses qu’il convient de fuir ou d’ignorer. Mais la Gloire de Sarenraë m’emplit de compassion et me donne envie de prendre ce débris corporel dans mes bras et de le sauver. Je prie pour lui et ferai tout pour sa rédemption, notamment en retrouvant l’homme qu’il cherche.

Enfin, vient Billamba et sa cousine, les deux shantis. L’incroyable lascivité et sensualité de cette dernière, habillée comme une péripatéticienne, déchaîne en moi des passions auxquelles je me serai laissé aller si mon cœur n’était comblé d’amour et rassasié de désir par Frayde. Billamba veille sur sa cousine avec un soin jaloux, que je ne m’explique pas. Y-a-t-il une relation incestueuse ? Les Shantis ne quittent jamais leurs contrées, et Billamba poursuit une femme qu’il nomme « sa mère ». Je ne sais ni pour quels motifs, ni pourquoi ils se sont assignés cette tâche. Qu’a fait cette femme ? Est-elle une fugitive ou, au contraire, en danger ? La cherche-t-il pour la sauver ? De quoi ? Ou l’occir ? Pourquoi ? Et pourquoi la cousine de Billamba l’accompagne-t-elle ? Qu’a-t-elle à voir avec sa tante ?

Tous deux sont à peine imprégnés des valeurs fondamentales de la civilisation et de la Foi. Ma mission est de les aider à grandir dans la civilisation et de se développer en tant qu’êtres sortis de la nature, ce qui sera leur récompense pour avoir aidé à l’accomplissement de Sa Gloire. Ils ne seront plus des sauvages habillés de hardes, priant des idoles et faisant leurs besoins dans des buissons, mais des membres conscients d’appartenir à une entité qui les transcende, la civilisation humaine. Plus prosaïquement, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour les aider à retrouver leur mère, ou la femme qu’il dise être leur mère car telle est le service de Sa Gloire.

Pour résumé le reste, je crains que des choses terribles ne se trament.

Je relate les choses avec beaucoup de distance pour ne pas me laisser submerger par un torrent d’émotion. Je connais bien la plupart des protagonistes du drame qui se joue. Je m’efforce de n’en rien laisser paraître. Pour mes camarades ce ne sont que des noms et des personnages. Mais j’ai désiré Nualia, je me cachais pour l’observer, pré-adolescent. Je connaissais le Père Tobyn, le prêtre qui a disparu, le père adoptif de Nualia, qui est l’homme qui m’a orienté vers la prêtrise après que j’ai reçu l’Appel de Sarenraë. J’ai connu Ameiko adolescente, et elle m’a gardé alors que je n’étais qu’un gosse. Kaijitsu est une des plus anciennes connaissances de notre famille et ce dernier et sa femme sont venus diner d’innombrables fois à la maison avec mes parents (dîner auxquels je n’étais jamais invité). Elyn Cigüe, la fille de Belor, le prévôt, a été ma première amante. Kendra Deverin est maire de la ville depuis bien ma naissance et c’est elle qui a présidé à chacune de nos fêtes de l’école du village.

Chaque événement qui se passe ici me détruit en piétinant mon enfance et son bonheur. J’ai l’impression que le paisible havre qui m’a vu naître, le seul endroit où je me sens chez moi, avec le Grand Temple, est en train de disparaitre sous les coups de boutoir d’une atroce réalité qui salit les souvenirs colorés et heureux de mon enfance. Je souffre affreusement.

Assez parlé, relatons succintement : Le Seigneur Kaijitsu entretient des liens avec les pirates de Pointe Sable, et ce sans doute afin d’arrondir une fortune déjà assez conséquente. Tsuto, le demi-elfe fils de sa femme morte dans des conditions étranges (suicidé d’après le père, tué par Kaijitsu pour l’avoir trompé, d’après Tsuto) le sait. Ledit Tsuto s’est entiché (visiblement à sens-unique) de Nualia, une Asimar d’une beauté surnaturelle, fille adoptive de l’ancien prêtre de la ville, le père Tobyn. Cette dernière, après avoir donné naissance hors-mariage à un enfant mort-né atrocement déformé (et après avoir probablement été éconduit par le père, qui demeure inconnu à ce jour) a sombré dans la folie et tué Tobyn, incendiant l’église du village et se faisant passé pour morte.

Des années plus tard, elle a rencontré (fortuitement ?) Tsuto qui est tombé dans ses filets, n’ayant jamais pu l’oublier. Ce dernier est prêt à  tout pour aider.

J’en étais moi aussi amoureux. Qui aurait pu ne pas l’être ?

Nualia a sombré dans la folie et entreprit des rituels étranges et blasphématoires afin de se transformer en succube, voulant « tuer sa part Angélique » en servant désormais celle qu’elle nomme « La Mère », la démone Lamashtu, d’après les écrits de Tsuto (ce dernier, capturé, est mort sous la torture sans desserrer les dents). Tout le reste découle de là : Elle a rassemblé les gobelins et les gobours sous son haut patronage et planifiée l’attaque contre Pointe Sable afin de récupérer les restes du Père Tobyn pour accomplir la première étape de sa transformation. Le pauvre Tsuto, qu’elle a charmé dans une relation perverse, en a profité pour régler un vieux compte en tuant son « père » avec un atroce raffinement (le Sire Kaijitsu a fini coulé dans une dalle de verre). Nualia prévoyait une seconde attaque pour détruire Pointe Sable, plus massive, par le biais d’un ancien tunnel ignoré de tous, sans doute un tunnel de contrebandier qui part de la Plage des Gobelins et aboutit dans la verrerie de Feu Sire Kaijitsu. Ce problème est réglé car nous avons découvert ledit tunnel, tué les gobelins et, bien sûr, arrêté Tsuto.

En explorant le tunnel, nous avons découvert d’autres embranchements, dont l’un protégé par des créatures hideuses et sans nom, menant à d’étranges ruines, visiblement les restes d’un temple. A l’intérieur une idole hideuse et rougeâtre. Sans doute le fameux « Malfeshnekor » auquel il est fait allusion dans les écrits de Tsuto et qui semble être en relation étroite avec Lamashtu.

Mais qui est ce personnage ? Je n’ai nulle explication sur ce ou qui il est, et je vais être obligé d’écrire au Temple pour avoir de plus amples détails. En tout état de cause, cette idole DOIT être détruite, et je vais m’y employer.

Poursuivant notre exploration, nous sommes arrivés à ce qui semble être les ruines et à d’anciens tunnels, où nous avons combattu héroïquement et vaillamment les mêmes créatures hideuses qui erraient dans une salle, sans doute une ancienne prison souterraine. Un des embranchements des tunnels de ce qui devait être autrefois un complexe souterrain plus vaste, abouti aux ruines du vieux Phare, sises sur l’île du découpeur.

Mais ce qui me préoccupe au-delà de nos pérégrinations souterraines, est la capacité de Nualia à fédérer les Gobelins. Nous avons envoyé le Prévôt Cigüe chercher de l’aide à Magnimar, mais il ne sera pas là avant plusieurs jours.

Je crains qu’il nous soit difficile d’accomplir la tâche que Madame Le Maire Deverin nous a confié : Nettoyé les souterrains et éliminer le danger qui menace la ville, moyennant un bon paiement.

Bien qu’ayant refusé ce dernier (je remettrai tout argent ou butin qui me reviendra à mes camarades, moins le Décime de Sarenraë qui va au Temple, bien entendu) qui nous a permis de nous équiper amplement, je demeure circonspect.

Nous sommes très disparates, c’est un euphémisme.  En quatre occasions, la chasse que nous avons menée dans le bois aux tiques avec un noble que nous avions sauvé, Sire GantRenard (qui a failli virée au désastre, attaqués que nous fûmes par des tiques géantes d’une voracité et d’une férocité inouïe), lors du repas chez mes parents où je conviais mes nouveaux amis (qui ont horrifiés Père et Mère), lors d’une visite à ma sœur avec Ange (visite qui m’a horrifiée) et lors d’une soirée à l’auberge du Gras Cochon où la mère des deux Shoantis avait séjourné (nous y sommes allés pour interroger, sans grand succès, les habitués du lieu) nous avons prouvé que nous étions très différents, tant dans l’action que dans la pensée.

Mais ma mission sacrée est de les unir et de servir de colle, de ciment, de catalyseur afin de pratiquer l’art du Kintsugi sur eux tous pour les amener à servir la Grace de Sarenraë en accomplissant leur propre but en les mettant au service d’un but plus élevé. A la fin, ils seront, sans même s’en apercevoir, un instrument Parfait et brillant à Son Service.

Toutefois, je dois régler trois problèmes personnels, outre Frayde, avant de quitter la ville.

Aniel reluque Billamba. Je lis dans son regard que la stature virile du barbare déclenche chez elle des émois de la jeune fille de 15 ans qu’elle est, et ma sœur ne s’est jamais embarrassée de pudeur pour arriver à ses fins, avec discrétion. Elle a aujourd’hui un rang à tenir, et si la virginité d’une femme n’est pas dans nos contrées un préalable au mariage, au moins exige-t-on une absolue discrétion qu’elle n’est pas à même de tenir : on pardonne les frasques d’une adolescente, pas les errements d’une femme qu’elle sera incessamment lors de son 16ème anniversaire.

Aaricia n’avait jamais été très enthousiaste à l’idée de devenir l’épouse de Sire Kaijitsu, mais elle se pliait à ce mariage afin de faire accéder notre famille à la dignité nobiliaire. La mort de Sire Kaijitsu a anéantit les espoirs de mes parents, causée une immense joie à Frayde qui, je l’ai découvert avec horreur, entretenait des relations charnelles hors mariage avec un certain Amir, un ouvrier de la scierie du village, et pas un des meilleurs (un de ceux que l’on appelle des « Scie rien », tant leur rendement est mauvais) qui vient lui rendre visite afin de la besogner.

Elle n’entend absolument pas se ranger et adopter un comportement honorable, convenant à l’aînée et héritière d’une grande famille marchande et entend bien jouir de l’argent de la famille et continuer de se faire besogner par le scie rien. Je suis désespéré et j’ai fortement suggéré à Père de l’envoyer dans un endroit isolé pour qu’elle réfléchisse à son comportement. Pour son bien, et afin qu’elle se reprenne mais je sais qu’elle va me haïr. J’ai suggéré le Grand Temple de Sarenraë.

J’ai également été frappé de plein fouet par le désespoir que l’Appel du Service de Sarenraë a provoqué chez mes parents et ma sœur : Ces derniers y ont vu comme une trahison de mes devoirs familiaux le fait que j’embrasse la prêtrise, et il me voit comme « un sodomite en robe blanche » dixit mon père, ma sœur m’ayant clairement dit les yeux dans les yeux que « je n’étais pas un homme puisque je portais une robe ». J’ai essayé de leur expliquer que les relations charnelles n’étaient pas plus proscrites dans notre clergé que le mariage et l’enfantement, que je savais me battre au cimeterre et que j’étais amoureux de Frayde avec qui j’entretenais des rapports passionnés et physiques, mais ils n’ont rien voulu savoir, hormis me demander si j’étais prêt à épouser Ameiko Kajitsu.

Je suis effondré par leur mentalité étroite de boutiquiers enrichis et par l’attitude luxurieuse, sybarite et emplie de stupre de mes sœurs. Sont-ce là les gens dont j’ai été si proche des années durant ?

Que Sarenraë me pardonne mon emportement et me donne la force de les aider.

Enfin, mes parents ont fait allusion à l’ascendance de Frayde devant Ange. J’espère que ce dernier n’aura rien relevé. Un secret partagé est un secret divulgué. Je ne tiens pas à déclencher une guerre ouverte entre Le Grand Temple et Port-Enigme qui coûterait à mon Amour sa vie, voir sa vocation.

J’arrête là de couvrir des pages d’écriture. J’entends Narek qui pète et ses flatulences annoncent toujours un réveil difficile. Ange fait un petit bruit de succion désagréable quand il dort, et cela trouble ma vision de la forme voluptueuse de la cousine de Billamba, toute vêtue de bandelettes de tissus et de cuir, qui dort comme un magnifique animal aux aguets. Déesse, qu’elle doit être fougueuse dans l’actio...

(le manuscrit s’arrête à ce mot incomplet).


Dernière édition par LeGrandAncien le Mar 3 Jan - 21:48, édité 1 fois
avatar
LeGrandAncien

Messages : 521
Date d'inscription : 27/07/2015
Age : 43
Localisation : Toulon (maison) / La Valette (travail)

http://www.gleize.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 19/12-Campagne Pathfinder- Table A3M-P2

Message par Halaster Sombrecape le Mar 3 Jan - 17:49

Pfouaaaaa ! Y'faut qu'jaille fomir ! Ze fiens de lire le pfus infipide teste de toute ma fienne de fie... fffff... pardonnez mon éfat nauféeux. Ouffrez la fenêtre, les vots fortis de fe gofier putrides ve font encore faigner du nez *relent vomitif*

Il varagouine le fanfreluche, ... fff... il jacaffe et défouraille mais il n' a rien de fon dans fe fourbier de foutaises. Il fait le mariolle four nous foulazer le transit infesfinal afec ses ... fff... "ma foeur f'est fanfan, elle est belle et fait du foney, mon fère c'est le meilleur, mon oncle (fomment !? Fous ne conaiffez touvours fas fon oncle ! Fous n'êtes pas du pays pas frai ?)... fff... y fait planter des clous à coup de gonades...". Et fa... fff... c'est le matin parfe que le refte de la fournée, f'est "Farenraë par-fi, Farenraë par-la, Hoooo ! Farenraë..."... fff... On dirait farfois que fous difcutez afec une de fes filles de baffe ville "Hooo ! Vont Lapin... fff..., que fu est bôôôô, que fu est fort, fa dirait pas un feu d'bon vemps ?". Fais l'y met' dans la bouche moi à la Farine Fanée qu'elle arrêt'ra d'l'oufrir pour rien et de parler à fe con d'Adfo ! ... fff...

Et... fff... f'est qui fe devi-gnome pour vas favoir faire la différenfe... fff... enfre un elfe et un demi-elfe. ET FE FUI FAS UN FAUV DEFET DE LA FOFIETE... fff... VALHEUREUX, NI UN... fff... RAVASSI DE FOLIE, D'ORVEUIL ET DE DEVEFPOIR A LA DERIVE FOUS VUNE FEAU... fff... FEU RAGOUTANTE !!! TU V'ENTENDS ADFO !!!"... fff... Va parole que fi ve t'attrape Adfo, ve te ferais ze que ze rêve de faire à tes foeurs, ... fff...vais avec du gravier de 50 pour toi. Et tu revrettera... fff... que le physique de ton fphincter soit pas fimplement auffi habimé de felui de ma tronfe ! ... fff... Quand à l'orivine des mes féquelles, tu es viens loin du compte fi tu crois qu'un homme en est l'orivine ... fff... et que fa pufain de féesse de ves deux elle feut y fanger quelque chove ...fff... Va vie avoureuse v'est fas pour aufant ferminée Adfo, ve dois encore fe défourailler toi, fa féesse fes veux foeurs... Nooooon, ve ne fuis fas mal à l'aive avec les foses de la fair, et toi ? ... fff... Fiens von Lapin, 'vais t'faire paffer ton fyndrome ve vévalorivafion moi...

avatar
Halaster Sombrecape

Messages : 524
Date d'inscription : 09/10/2014
Localisation : TOULON

Revenir en haut Aller en bas

Re: 19/12-Campagne Pathfinder- Table A3M-P2

Message par LeGrandAncien le Mar 3 Jan - 21:47

J'adore. Les penfées d'Ange sont aussi déjantées que les délires mystico-théologico-familiaux d'Adso, avec toutefois le complexe du sauveur (pardon : du saufeur) en moins.

Mais au fait, on rejoue quand ?
avatar
LeGrandAncien

Messages : 521
Date d'inscription : 27/07/2015
Age : 43
Localisation : Toulon (maison) / La Valette (travail)

http://www.gleize.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: 19/12-Campagne Pathfinder- Table A3M-P2

Message par Caerisse le Mer 4 Jan - 13:07

Quelle bien étrange endroit que ce Pointe Sable, remplis de lâches et de pleutres et d'ignares...

Nous sommes arrivés avec Iola-Ni à la recherche de notre mère, nous avons eut la "chance" d'arriver lors de leur festival du Machaon, ils appellent ça un festival, mais il n'y avait pas de luttes, pas de bras de fer un peu de bière mais à moitié rance pouah ils ne savent pas profiter de la vie. Heureusement un petit homme m'a un tant soit peu sauvé de l'ennui qui commençait à me ronger. Je ne vous parlerai pas des discours, 'fin, ces vomissures de mots inutiles et à moitié compréhensible, ils avaient l'air de beaucoup parler d'une certaine Desna...

Seul point positif quelques gobelins ont attaqué cette bourgade, je fus étonné quand tout le monde parti se cacher... *crache par terre* Ces sous hommes ne tiendraient même pas deux heures dans notre si bon désert. Encore une fois Narek le nain me fit l'impression d'être un guerrier utile, il est loin de m'arriver à la cheville, mais il a au moins du cran, si tous les nains sont comme lui j'aimerai bien me rendre chez eux, une fois que j'aurai retrouvé Khutulun.

Deux autres personnes se sont battus à nos côtés, un homme qui postillonne plus qu'il ne parle, mais sa magie bien que loin d'être aussi puissante que certains dans mon clan n'en est pas moins rare et pour cela il a mon respect. Un autre personnage plus différent en robe blanche se battant avec un cimeterre nous a rejoint. A défaut d'être un guerrier il a au moins prit les armes pour se défendre et par la même aider sa tribu et en cela il a gagné mon respect, du moins en partie.

Une fois fait un pleutre du nom de... euh je ne m'en souviens même plus nous a prit dans ses bras, je crois qu'il n'a pas la lumière à tous les étages mais ses regards sur Iola-Ni vont finir par raccourcir sa vie de pleutre.

Je pourrai continuer à m'étendre sur tout ce qui s'est passé mais venons en au fait. Ces immondes couards nous traîtent de barbares j'ai failli perdre mon calme à plusieurs reprises, surtout celui qui a osé parlé de ma mère de cette façon, je me suis vu l'écorcher vif... J'ai toutefois entendu qu'elle était partie vers l'est avec un homme qui vient du bac de la tortue et qui aurait dit que des géants se préparaient à faire la guerre. Tout ceci m'inquiète fortement, je n'ai qu'une envie c'est de m'y rendre le plus rapidement possible.

Adso est très utile de part ses soins, et heureusement qu'il a porté secours à ma cousine c'est l'unique raison qui fait qu'il ne s'est toujours pas prit mon poing dans la figure, ses longs discours m'agacent au possible. Le seul autre point positif chez lui c'est ses sœurs, je crois qu'il y a une jeune qui aimerait bien que je la craque !!

Hanz n'est qu'un sombre couard, il a même refusé de nous suivre la première fois dans les tunnels.

Narek... A vrai dire il commence à m'effrayer, ce que j'ai prit pour du courage a en fait l'air d'être de la folie, il n'a pas l'air de craindre la mort, pire on dirait qu'il souhaite l'embrasser, je ferai de mon mieux pour veiller sur lui mais si il court droit vers la mort alors il courra seul.

Iola-Ni, je suis partagé je sais qu'elle se sent mieux ici que chez nous, d'un côté j'aimerai la laisser ici mais d'un autre je ne peux partir sans elle. Qui sait ce qui arriverait si elle n'était plus à mes côtés pour contrôler ma rage, cette rage brulante qui tourbillonne en permanence en moi et qui peut à tout moment s'abattre sur la moindre personne qui m'aurait fait du tord.

Que l'ours me guide et me donne la force, que l'aigle me donne sa sagesse afin de pouvoir continuer ce périple, Ô mère que tu me manques, j'espère te retrouver et comprendre pourquoi nous as-tu quitté si précipitamment?...

avatar
Caerisse

Messages : 199
Date d'inscription : 21/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum