Janvier 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier


Mordiou! le 23-12-2018

Aller en bas

Mordiou! le 23-12-2018

Message par thierry le Lun 10 Déc - 17:44

... Le Cardinal est inquiet du destin de Gilles Allais de Crieux, car il sait que celui-ci a réussi à fuir Venise. Les dernières nouvelles qu’il a reçues venaient de la ville de San Juan en plein Duché de Parme occupé par les Espagnols à moins de dix jours de Paris. Depuis le contact a été perdu. Le Cardinal sollicite donc nos héros pour qu’il se rendre à San Juan : pour retrouver Gilles Allais De Crieux, lui prendre le livre et les (Gilles et le livre) lui ramener. C’est dans les dernières brumes d’un matin de printemps que nos héros quittent Paris accompagnés de Jacqueline De Bouvines sur la piste de Gilles De Crieux.

Le voyage vers San Juan va être rapide. Les héros vont commencer par traverser une France paisible réchauffée par le premier soleil du printemps. Ensuite, ils vont pénétrer sur les terres du Duché de Parme occupées. C’est la guerre et de nombreux signes l’attestent. Il faut des trésors de patiente à Gabriel De Mortemart pour ne pas sauter à la gorge des cavaliers espagnols qui les contrôlent à plusieurs reprises sur la route menant à San Juan. Mais le voyage se poursuit sans autre incident que les railleries des spadassins espagnols,

Une fois arrivé à San Juan, Nos héros décident d’établir leur quartier à l’auberge du chaudron fumant. Hélas pour eux c’est aussi là qu’une partie de l’Etat-major espagnol c’est installé pour fuir les rigueurs de leur campement militaire. L’entrée de nos héros dans l’auberge ne passe pas inaperçue, mais cela n’est rien en comparaison de l’effet que produit l’apparition de Jacqueline De Bouvines en ces lieux.

Jacqueline De Bouvines et Madeleine de Sérignan font très forte impressions aux gentils hommes ibériques. A tel point qu’un salon s’organise au débotté, dans la salle commune de l’auberge. Jacqueline De Bouvines et Madeleine de Sérignan, tout en intelligence et en finesse, charme leur auditoire de moultes mots d’esprit et d’anecdotes de cour sous le regard protecteur mais un peu dépité d’un Joao De Cadaval relégué au rang de simple spectateur.

Pour le reste de nos héros, il va falloir se mettre en quête de Gilles. Le Cardinal a fourni une description sommaire du jeune homme. Les héros vont devoir explorer plusieurs pistes mais pour toutes, il leurs faudra employer la corruption, la menace ou la séduction pour finalement découvrir que Gilles a été arrêté et croupit actuellement dans la prison de la ville. Il s’avère qu’il est accusé d’avoir désobéit à un ordre du général Espagnol gouverneur de la ville et qu’il attend maintenant de passer en jugement pour sédition. Il est bien entendu interdit de communiquer avec le prisonnier et aucun soldat raisonnable n’acceptera de contrarier un ordre du général. D’une façon ou d’une autre, le groupe va devoir essayer de se glisser dans la prison afin de s’entretenir avec lui.

La prison de San Juan est un grand bâtiment de forme carré avec de gros mur en granit massif. Malgré cela, il n’est pas difficile de s’y introduire car les soldats bien que vigilants ne sont pas insensibles à l’appât du gain. Faire évader Gilles est plus difficile. L’avantage c’est que Gilles leur sera redevable et qu’il pourra ainsi se livrer plus facilement.

C’est le Docteur Ségnelas qui réussit grâce à la corruption d’un spadassin espagnol à entrer en contact avec Gilles De Crieux. Celui-ci est plutôt mal en point après plusieurs jours d’interrogatoire musclé et notre brave Docteur ne parvient pas à endormir la méfiance de Gilles et à le faire parler. Celui-ci demande au Docteur de le faire sortir de prison au plus vite. Nos héros vont donc échafauder un plan pour faire évader Gilles de Crieux et sortir de la ville avant que les espagnols ne puissent réagir.

La première étape du plan d’évasion repose sur les épaules de notre brave Docteur. Il doit séduire Isabelle la fille de salle de l’auberge pour qu’elle verse une décoction préparé par lui dans la boisson des officiers espagnols (coutume Parisienne pour faire une farce a des amis). Isabelle ne résiste pas très longtemps au charme de Ségnelas et c’est avec des images de mariage à Paris pleins les yeux qu’Isabelle accepte de participer au complot.

La deuxième étape du plan est entre les charmantes mains de Jacqueline De Bouvines et Madeleine de Sérignan qui doivent retenir l’état-major espagnol à l’auberge du chaudron fumant pour un dîner qui se veut mondain.

La troisième étape est donnée à Martin, le cocher de Jacqueline, qui doit préparer les chevaux !?!

La quatrième étape est confie à Joao De Cadaval qui déguisé d’un uniforme espagnol pris a un soudard doit se présenté à la porte de la tour et distraire l’attention des gardes en demandant à parler a Renato d’une histoire de famille.

La cinquième étape du plan consiste en un assaut rapide et discret de Gabriel De Mortemart et d’Arturo Di Scaliéri sur la tour pour neutraliser les gardes et permettre au Docteur Ségnelas de libérer Gilles De Crieux,

C’est à la nuit tombante que l’action est lancée. Le dîner mondain se passe plutôt bien Jacqueline De Bouvines en hôtesse attentionnée s’occupe de distraire les invites, mais de son côté Madeleine de Sérignan un peu troublé par la cour de tous ses gentils hommes lui porte se trompe de verre et commence à boire le vin au laudanum préparer par le Docteur. Martin notre fidèle cocher harnache les chevaux de montée et se rend discrètement au rendez-vous en ville donné par Arturo. Joao De Cadaval se présente au pied de la tour et se fait ouvrir la porte par le planton de nuit. Dès que la porte est ouverte une discussion s’entame entre le planton et Joao. Gabriel De Mortemart et d’Arturo Di Scaliéri caché à proximité donnent l’assaut. Gabriel De Mortemart qui veut rester discret grimpe l’escalier d’accès à la tour et se porte au contact du premier garde. Arturo Di Scaliéri lui charge le deuxième garde et réussi à le neutraliser sans qu’il ne puisse réagir. Comprenant que l’attaque à commencer, Joao De Cadaval assomme d’un coup de tête magistral le planton placé devant lui. La situation confuse ne permet pas au premier garde de bien se rendre compte de la situation, et croyant a une altercation entre espagnol ne réagit que tardivement et mollement d’un coup de manche de lance sur Joao. Gabriel De Mortemart ne lui laisse pas le temps de comprendre son erreur et d’un coup d’épée bien ajusté l’envoi rejoindre ses ancêtres.
Le bas de la tour et maintenant entre les mains de nos Héros mais des voix se font entendre de l’étages. Joao reprend une nouvelle fois son rôle de spadassin espagnol et répond aux invectives venues de l’étage qu’il est venu parler à Renato et qu’il ne bougera pas sans lui avoir parlé. C’est des jurons et des pas dans l’escalier qui lui répondent.

Pendant ce temps le reste de nos héros ne sont pas restés les bras croisé. Arturo Di Scaliéri et Docteur Ségnelas sont descendus à la cave pour libérer Gilles De Crieux. Gabriel De Mortemart après avoir dissimulé les corps des gardes et du planton se poste sur le côté de l’escalier pour accueillir l’importun venu des étages. Une fois arrivé sur le palier, le Renato est accueillie par un coup violent porté par Joao qui l’envoie se cogner contre la pierre du mur de l’escalier et par les deux mains vigoureuses de Gabriel qui le saisissent et l’expédient à la cave par la trappe d’accès a la cave resté ouverte. Arturo au pied de l’échelle d’accès ne peut que constater la mort de ce brave Renato la nuque brise par la chute. Les soins prodigués par le Docteur Ségnelas à Gilles De Crieux semblant efficaces, le groupe se prépare à sortir de la tour pour rejoindre le lieu de rendez-vous un coin discret des remparts de la ville.

A l’auberge du chaudron fumant la situation a quelque peu évoluée. A la vue des officiers espagnols s’écroulant les uns après les autres autour de la table de banquet, l’aubergiste commence a paniqué et annonce qu’il part prévenir un médecin et la garde espagnol de ce qui se passe dans son établissement. Madeleine de Sérignan, toujours quelque peu groguie, ne parvenant pas à lui faire entendre raison, décide de le neutraliser d’un coup de couteau précis en plein cœur. Cette action s’est passée sous les yeux d’Isabelle et de la femme de l’aubergiste. Cette dernière se met à crier d’effroi devant le spectacle de son mari dans une flaque de sang au pied de Madeleine. Isabelle quand a elle lâche le plateau qu’elle portait et reste figée de stupeur. Jacqueline De Bouvines reprend la première ses esprits, elle se porte au niveau de la tenancière de l’auberge et de quelques claques bien senties, réussit à la calmer. Elle demande à Madeleine de ligoter les deux femmes pendant qu’elle récupère ces affaires à l’étage. Madeleine se retrouve devant une Isabelle en pleurs qui ne veut pas qu’on l’abandonne dans ce village sinistre, parce qu’elle doit rejoindre Ségnelas son aimé. Elle supplie Madeleine de l’emmener avec elle. Au retour de Jacqueline De Bouvines et après avoir récupéré ses armes c’est une Madeleine très sure d’elle qui lance son cris de ralliement qui restera célèbre « tous aux carrosse » Rolling Eyes

C’est donc trois femmes qui quittent discrètement l’auberge du chaudron fumant et qui se dirigent vers l’étable ou est parqué le carrosse de Jacqueline de Bouvines donc à l’opposé du lieu de ralliement avec Martin et les chevaux. Pour se rendre à l’étable les trois femmes doivent passer devant une autre auberge fréquentée à cette heure avancée de la nuit par les soldats espagnols en permission. Le passage des trois femmes attisent les convoitises. En effet Jacqueline De Bouvines et Madeleine de Sérignan en robe de soirée attirent les regards des soldats quelques peu avinés présent dans la rue. Plusieurs d’entre eux décident de profiter de l’occasion qui leurs est offerte de ce distraire et bloquent le passage des trois femmes dans l’intention d’obtenir leurs faveurs. Mais Madeleine de Sérignan n’a pas l’intention de s’en laisser compter, elle veut rejoindre le carrosse au plus vite et pour se dégager du groupe de soldat qui les entoure. Elle sort son épée et attaque l’un des soldats pour le faire reculer. Dans un premier temps les soudards dans les affres de l’alcool s’amusent de la situation. Mais lorsque Jacqueline sort un de ses pistolets et abat un de ses agresseurs la situation dégénère rapidement.

C’est au moment où ils descendent l’escalier d’accès de la tour, que Gabriel De Mortemart, Arturo Di Scaliéri, le Docteur Ségnelas, Joao De Cadaval et Gilles De Crieux entendent en coup de pistolet claqué dans la nuit. Ils décident dans un premier temps d’ignorer événement mais des invectives venues du haut de la tour les obligent à réagir. C’est d’un coup de feu bien placer que Gabriel De Mortemart se débarrasse d’un des gardes postés en haut de la tour. Mais maintenant l’alerte est donnée et le groupe doit fuir les lieux au plus vite vers le rendez-vous. Nos héros sont encore sur la place de l’église qu’ils entendent un deuxième coup de feu et des cris de femmes provenant de la direction de leur auberge.

A l’appel des femmes en détresse Gabriel De Mortemart, Arturo Di Scaliéri, et Joao De Cadaval ne peuvent que répondre, ils se précipitent donc sur le lieu des appels. Pendant ce temps le Docteur Ségnelas aide Gilles De Crieux à se rendre au lieu de rendez-vous avec Martin et les chevaux. Quelle n’est pas sa déconvenue une fois sur place de constater que Martin ne dispose que de quatre chevaux du groupe au lieu des huit escompté. Il renvoie Martin à la recherche d’autres chevaux et attend sur place l’arrivée du reste de la compagnie.

Nos fiers bretteurs après une course rapide se retrouvent devant un groupe de soldat entourant deux femmes qui se débattent. N’écoutant que leur courage ils chargent le groupe de spadassins et en tuent six sans que ceux-ci ne puissent vraiment réagir. Mais les derniers fuient à la recherche de secours.

Arturo Di Scaliéri recueille dans ses bras une Jacqueline De Bouvines à bout de nerfs qui déclare en pleur avoir été abandonnée par Madeleine de Sérignan aux mains des soudards. Arturo décide d’évacuer Jacqueline De Bouvines et Isabelle vers le lieu de rendez-vous. Gabriel De Mortemart et Joao De Cadaval partent à la recherche de Madeleine de Sérignan qu’ils retrouvent en très mauvaise posture, blessée aux prises avec trois soldats dans une ruelle adjacente. L’arrivée des renforts redonne du cœur a une Madeleine fatiguée. Elle parvient à éliminer l’un de ces agresseurs tandis qu’un deuxième tombe sous les coups de Gabriel et Joao. Le troisième s’enfuit à toute jambe vers la porte de la ville.

Il ne reste plus à notre petite compagnie cas se regrouper au lieu de rendez-vous, sortir de la ville, mettre Gilles De Crieux en sécurité et à recueillir, enfin, ses confidences… mais cela sera l’objet d’une prochaine aventure...

Partie Mordiou!
MJ: Thierry
Lieu: Touris …
Horaire: A partir de 12H00

1 - Armand Twisted Evil
2 - Amy Rolling Eyes
3 - Véro Wink
4 - Chris Laughing
5 - Xavier Very Happy

Thierry
thierry
thierry

Messages : 104
Date d'inscription : 18/03/2015
Age : 50
Localisation : La seyne sur mer

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum